17 ERREURS QUE COMMETTENT TROP DE VÉTÉTISTES ET COMMENT Y REMÉDIER

Améliorez vous en évitant les erreurs les plus communes rencontrées dans le monde du VTT

Comme nous l’avons vu dans l’article sur les vélos électriques, le VAE est caractérisé par la présence d’un moteur et d’une batterie. L’assistance et les sensations changent beaucoup entre les différents vélos et technologies. C’est pourquoi il est important de savoir qu’est-ce qu’il se fait et quelles en sont les avantages et inconvénients.

Ici, nous allons voir particulièrement :

  • les types d’assistances 
  • les moteur
  • la batterie

L’assistance

Le moteur électrique peut être activé de 2 manières :

  • par un accélérateur
  • en pédalant

L’accélérateur

D’abord, nous allons voir la première manière de déclencher le moteur.  L’accélérateur fonctionne de la même manière que sur un scooter. D’ailleurs, une assez grande partie des vélos avec accélérateur ont leur vitesse plafonnée à 45km/h et sont donc considérés comme des deux roues motorisés. Il faudra donc porter un casque, avoir une assurance et toutes les autres obligations de la loi. Du coup, cet accélérateur se situe sur le guidon, généralement à droite. Il suffit donc de faire tourner ce dernier vers l’avant pour avancer.

Avec ce moyen, on perd l’aspect sportif du VAE. Quoiqu’intéressant couplé avec l’assistance par le pédalage, il devient presque un scooter s’il est le seul moyen possible.

L’assistance au pédalage

Tout simplement, le moteur s’active lorsque l’on pédale. On aura aussi le choix entre différents niveaux d’aide, en général : éco, standard et turbo. Ici s’arrête les points communs entre les différentes technologies. 3 possibilités sont présentes :

  • l’assistance type « tout ou rien »
  • l’assistance graduelle

« Tout ou rien »

Les vélos équipés de cette assistance possèdent un capteur de rotation du pédalier. Après avoir faire un à deux tours de pédale, le moteur va s’activer et rester à une puissance constante. Celle-ci sera choisi grâce à un sélecteur ou moniteur se trouvant sur le guidon.

Le problème est qu’il y a un décalage entre le début du pédalage et l’activation du moteur, chose problématique en montée. Pour rappel, le poids élevé du vélo complique sans utilisation dans les pentes lorsqu’on n’utilise pas d’assistance. Certains constructeurs prévoient pour cela une commande pour lancer le moteur à une vitesse basse pour 6km/h maximum. De même, l’assistance prend du temps à s’arrêter après l’arrêt du pédalage. Ce décalage et ce « tout ou rien » donnent la plupart du temps des sensations de non contrôle. Et cela peut-être désagréable puisqu’on n’a même pas l’impression de devoir pédaler.

On retrouve plus cette assistance sur les VAE urbains bas de gamme. Pour le coup, c’est pendant une utilisation de type « maison/travail » qu’elle sera le moins dérangeante. On se fatigue moins. De l’autre côté, l’autonomie est diminué.

Graduelle

Cette fois-ci, l’assistance va être fixé par la force que vous allez mettre. Un capteur de pression va détecter la puissance avec laquelle vous allez pousser sur les pédales. En général, on retrouve aussi un capteur de rotation. Les informations de ces deux capteurs vont permettre une assistance adaptée. Cependant, pour que le moteur soit allumé, il faudra pédaler. Mais c’est aussi ce qui fait que cette assistance est préférée de certains. Il faudra faire un certains effort qui sera de plus en plus grand à force que l’on diminue l’assistance, excellent pour ceux qui se remettent au sport.

Ainsi, l’assistance sera plus réactive et souple. En montée, il faudra peu de temps pour voir le moteur se déclencher contrairement à au « tout ou rien ». Vous aurez aussi une meilleure impression de contrôle, l’assistance étant calée sur la force avec laquelle vous pédaler.

La consommation sera souvent plus faible parce l’assistance sera proportionnée et non plus constante. On aura ce mode d’assistance sur des vélos moyenne et haute gamme. En effet, le matériel utilisé est plus complexe et cher.

 

Les VAE sont équipés aussi d’un capteur de vitesse. C’est grâce à ce dernier que le contrôleur va maximiser la vitesse du moteur à 25km/h.

Le moteur

Le bloc moteur Yamaha de 2015

Le bloc moteur pédalier Yamaha de 2015

Pour rappel, les VAE ont un moteur limité à 250W. Il ne pourra pas fournir plus de puissance. Le moteur a 3 positions possibles ; dans la roue arrière, le pédalier et la roue avant.

Le moteur placé dans la roue avant ou arrière présente les mêmes sensations. Le plus souvent, l’assistance est non proportionnelle. Comme l’installation est plus facile et moins cher que sur le pédalier, on retrouve cette solution sur les vélos bas de gamme. La préférence est de mettre le moteur à l’avant et sur le moyeux de la roue arrière des vitesses automatiques. Celles ci vont changer, comme son nom l’indique, automatiquement les vitesses en fonction de la vitesse ou de la cadence de pédalage. Seulement, son emplacement à l’avant peut réduire l’adhérence sur des terrains instables avec du gravier, de la glace ou encore du sable. Mais pour une utilisation en ville cela ne pose aucun problème. Eventuellement, ce qui peut être plus problématique est le déséquilibre du poids lors notamment d’un changement de chambre à air où le vélo est retourné.

De l’autre côté, le moteur placé dans le pédalier permet un équilibre du poids, même si cela ne diminue pas le poids élevé du vélo. Ces vélos possèdent majoritairement une assistance proportionnée. On préférera cette solution pour un vélo électrique pour la meilleur adhérence et l’assistance graduelle qui permettra de mieux passer les obstacles sur des terrains plus accidentés. Même si cela reste un peu plus cher que le moteur dans une des roues, le pédalier moteur est bien répandu parmi les VAE. Les leaders du marché sont Bosch et Yamaha. Il y a aussi Shimano et Panasonic. Il existe des différences entre ces moteurs mais ils seront traités dans un futur article.

La batterie

Celle-ci est un élément indispensable pour alimenter le moteur. Sur les vélos urbains de type « hollandais » il se trouve sous le porte bagage lui même placé au-dessus de la roue arrière. Sinon, il est mis au dessus du moteur sur la barre transversale.

Un vélo électrique de la marque Haibike
.    Ici, la batterie occupe l’espace central à gauche de la suspension arrière

Un vélo électrique de villeLà, la batterie est à gauche sous le porte bagage

L’intensité et la tension sont deux éléments importants des batteries. Mais je ne parlerai pas. Lisez cet article sur les batteries que je trouve très intéressant.

Aujourd’hui, les batteries de VAE en Europe sont majoritairement des batteries au lithium. Leur densité énergétique a permis de passer de batterie au plomb pesant 13kg à des batteries de 3kg pour la même capacité. Cette autonomie d’ailleurs se trouve à moins 100km pour des routes plutôt plates. Avec du dénivelé, l’autonomie peut se retrouver à moins de 20km. Le niveau de l’assistance notamment permettront d’économiser ou pas.

La recharge prendra entre 3h et 8h pour les plus longues. Cela dépendra de votre chargeur. Parmi ces derniers, certains proposent aussi une recharge rapide. Le nombre de cycle de charge sera entre 500 jusqu’à 1500 pour les meilleurs batteries. C’est-à-dire que vous pourrez recharger jusqu’à 1500 fois. Pour une recharge complète par semaine, cela permet 21 ans de durée de vie. Mais sachez qu’il vaut mieux recharger de temps en temps sans que la batterie soit à plat plutôt que d’attendre qu’il n’y plus d’énergie dans la batterie. Vous allez du coup augmenter le temps de vie de votre batterie.

 

Le vélo électrique propose pas mal de choix. Il faut les considérer et savoir pourquoi vous allez les choisir. Si vous voulez plus d’informations sur les utilisations et prix de ces vélos, je vous invite à lire cet article sur les VAE. J’espère que vous avez appréciés cet article. Laissez moi votre avis et vos envies d’achat, ça me fera plaisir de vous répondre. N’oubliez pas aussi de me rejoindre sur Facebook, Twitter et Instagram pour plus de contenus.


Thomas
Thomas

Je m'appelle Thomas. Je commence en tant que débutant et je vais poster ici tout ce que j'apprends pour que l'on s'améliore ensemble.

    2 replies to "Le moteur et l’assistance sur un vélo électrique"

    • […] regroupement des plateaux et des manivelles. On y ajoute aussi toutes les vis et autres éléments. Certains vélos électriques possèdent aussi un moteur dans le pédalier. Plateaux : Ce sont des cercles dentés qui se […]

    • […] que vous avez trouvé cet article intéressant. N’oubliez pas de passer sur la page détaillant l’assistance. Pour ma part, j’aime utiliser le vélo électrique pour me reposer en montant […]

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas affichée