17 ERREURS QUE COMMETTENT TROP DE VÉTÉTISTES ET COMMENT Y REMÉDIER

Améliorez vous en évitant les erreurs les plus communes rencontrées dans le monde du VTT

J’ai beau espérer rêver, non, c’est malheureusement bien la réalité. Lorsque je roule, je vois encore trop de personnes inconscientes, des gens qui pensent que le casque est inutile.

Que ce soit des gens qui font de la montée ou d’autres qui descendent rapidement, il existe toujours des personnes qui continuent à rouler sans casque. Et j’en ai marre de cela. J’ai l’impression que tous ces vététistes pensent qu’ils ne peuvent pas tomber ou qu’ils sont assez bons pour ne pas avoir besoin de casque.

C’est bien de cette manière que je les vois, des inconscients sur un VTT.

Des inconscients sur un VTT

Je trouve cela incompréhensible que des personnes roulent toujours sans casque. Ce n’est pas une majorité heureusement, mais je suis quand même triste. J’espère ne jamais retrouver leur nom dans un énième mort en VTT.

Trop de personnes décèdent dans notre sport, tout cela à cause d’un casque oublié. Il peut sembler inutile, après tout ce n’est pas un bol de 300 grammes que l’on met sur la tête qui va nous protéger.

Mais, il suffit de regarder les chiffres pour comprendre qu’il n’est pas là juste pour encombrer la tête. Un casque réduit en moyenne de 85 % les risques de blessures au niveau de la tête. En gros, ceux qui ne portent pas de casque ont 6 fois plus de chances de se blesser la tête.

Mais comme si se blesser ne suffisait pas, ne pas avoir son casque est la cause responsable de 90 % des accidents mortels. 9 personnes sur 10 meurent parce qu’ils ne portaient pas de casque. C’est bien triste en effet. C’est pourquoi cela m’énerve de voir des gens s’obstiner à rouler avec pour seule protection la chance.

Parce que rouler sans casque, c’est comme conduire sans ceinture. Ne pas avoir sa ceinture ne change rien 99 % du temps, mais il suffit que vous ne l’ayez pas le jour où vous avez un accident pour que le pire puisse arriver.

J’essaie de chercher les raisons qui les poussent à rouler comme cela. Mais jamais je ne trouve de raison valable.

Les raisons pour lesquelles ils ne portent pas de casque

Si l’on retrouve toujours des gens assez fous pour rouler ainsi, il doit bien y avoir des raisons. En cherchant, voilà à quoi je pense :

  • La flemme de porter le casque
  • Le casque est encombrant
  • Le casque ne protège pas
  • Il y a un manque de prévention

À ce niveau, je pense que la première et la dernière raison sont reliées. On a la flemme de mettre un casque tout simplement parce qu’on ne sait pas pourquoi on doit le mettre.

Dans ce cas-là, ce n’est pas forcément leur faute. C’est seulement qu’ils ne savent pas à quel point le casque leur sauve la vie. Si vous connaissez un ami dans ce cas là, pour son bien, allez lui expliquer, envoyer lui cet article ou montrez-lui la vidéo en dessous.

Mais pour les autres personnes qui trouvent le casque encombrant, je dois vous dire que c’est seulement un problème de taille ou de serrage. C’est vrai que lorsqu’on choisit mal son casque et qu’en plus on le met mal, il devient facilement désagréable à porter.

Heureusement pour nous, depuis plusieurs années, les casques sont devenus bien plus agréables et plus légers. Pour l’été, on trouve aussi des casques particulièrement aérés pour éviter d’avoir chaud. Pour tout cela, je vous renvoie à mon article Choisir et régler son casque.

Concernant le troisième point, j’ai entendu des personnes dire que le casque de cross-country donc non intégral ne servait à rien. Ils disaient qu’il n’y avait pas de protection pour le visage et que du coup cela ne protégeait pas la tête.

Je voudrais rappeler l’utilité du casque. Celui-ci permet de protéger la partie la plus fragile du corps, le haut de la tête. Il est là pour se protéger des chocs qui peuvent potentiellement vous conduire à la mort. C’est sûr que cela ne vous aidera pas dans le cas d’une clavicule cassée. Mais si on continuait la réflexion, il faudrait porter une armure pour être sûr de ne pas se blesser.

Mais en fait, j’ai l’impression que le problème réside surtout dans le fait qu’on a dû mal à juger le danger.

Nous avons du mal à reconnaître le danger

Surtout lorsqu’on est débutant, je trouve que l’on ne se rend pas assez compte que le VTT est dangereux. Certes, à me lire, on dirait que le VTT est un sport extrême et que l’on frôle la mort à chaque sortie.

Je suis d’accord que la majorité du temps, on ne craint rien. Mais il y a des moments où la chute ne passe pas bien loin et c’est là que le casque devient important.

Et justement, on ne sait pas forcément reconnaître les dangers. Et la plupart des débutants ne savent tout simplement pas ce qui est risquent de les blesser. Du coup, ils pensent que le VTT n’est pas dangereux.

De l’autre côté, je trouve que des personnes plus avancées se trouvent un peu trop confiantes, même si c’est plus rare. Mais pour ces personnes, ce n’est plus seulement à propos du casque, mais des protections en général. La maîtrise va effectivement faire que vous allez tomber beaucoup moins souvent, mais il suffit toujours du coup de frein avant un peu trop fort pour qu’une belle journée se termine à l’hôpital. De plus, on ne peut pas contrôler tous les facteurs externes. Du coup, rien n’est jamais totalement sous contrôle.

Même si on parle ici de se protéger la tête, en fait c’est à propos sécurité en général. Dès qu’on rajoute de la vitesse, il faut porter des protections surtout si l’on débute. C’est à ce moment que l’on a le plus de chance de tomber.

Maintenant, il est possible que vous ne tombiez jamais. En tout cas, pour que vous sachiez ce qui va se passer le jour où vous allez tomber sur la tête, on va voir dans la prochaine partie comment le casque peut vous aider si vous le portez.

Votre tête est aussi fragile qu’une pastèque.

Si vous avez un doute sur l’efficacité du casque, on a remplacé votre tête par une pastèque dans cette vidéo, mais le principe est bien sûr le même :

Vous aurez certainement mal même avec un casque, mais votre crâne ne va pas se fracturer en touchant le sol.

Maintenant à vous de faire votre choix : confier votre vie à votre bonne étoile ou la confier à votre casque.

Il faut comprendre que la nécessité du casque réside par le fait que même un petit choc au niveau de la tête peut avoir de grosses répercussions.

En fait, ce n’est pas la tête que l’on protège, c’est le cerveau. Une déformation sur votre crâne va irrémédiablement venir s’enfoncer dans votre cerveau.

Vous jouez ensuite à la roulette russe pour savoir quelle partie de celui-ci va être touchée.

Mais même un choc sans fracture peut être dangereux. Votre cerveau n’est pas solide comme vos os. Des lésions peuvent alors y apparaître à cause d’une chute sans que ce ne soit visible de l’extérieur.

Pour ces deux cas de figure, votre casque est là pour résister et absorber le choc. Mais pour une protection accrue lorsque la tête ne touche pas le sol à 90 ° (la plupart du temps en fait), le système MIPS a été créé. La tête peut alors se déplacer légèrement à l’intérieur même du casque en cas de chute. Cela diminue les mouvements du cerveau dans la boite crânienne.

Finalement, un casque, est-ce si cher ?

Mais le casque, c’est cher !

Ceux qui me disent que le casque est cher, je trouve cela totalement faux. Les premiers casques VTT coutent 30 €. Tant qu’ils sont homologués EU 1078, la protection est assurée.

Mais alors quelles différences avec des casques à plus de 100 € ? Le confort, l’aération, la légèreté et l’esthétique. Ce sont certes des choses très importantes, mais qui restent quand même accessoires.

Donc pour trente euros, je ne pense pas qu’on puisse dire qu’un casque est cher. Dans le cas d’un casque intégral, je veux bien comprendre encore.

Mais le problème, c’est que ce sont parfois les mêmes personnes qui achètent des groupes XX1 à 1200 euros, des roues en carbones à 500 euros ou n’importe quel autre matériel utile, mais non indispensable. Donc il faut savoir avoir des priorités et entre gagner 300 grammes en changeant une pièce sur un vélo et protéger ma vie, mon choix est vite fait.

Si vous voulez avoir un casque moins cher, essayez de profiter des soldes lorsqu’il y en a. Vous pouvez aussi tenter de gratter quelques dizaines d’euros à votre magasin.

Mais en tout cas, n’achetez jamais un casque d’occasion. On ne peut pas savoir si le casque n’a pas déjà subi de choc. Ce qui ferait qu’il ne vous protégerait plus suffisamment.

Dans la prochaine partie, nous allons voir quelques conseils pour acheter un casque.

5 conseils pour l’achat et le port du casque

Déjà, il faut savoir si vous avez besoin d’un casque intégral ou pas. Si vous êtes débutant, mais que vous voulez faire de la descente typé all-mountain, je vous recommande de choisir un casque intégral. On tombe souvent lorsqu’on commence et davantage de protections (même pour les genoux, tibia ou coude) ne fait jamais de mal.

Si votre pratique est de l’enduro ou du downhill, je ne peux que vous conseiller un casque intégral. De la vitesse avec des sauts et beaucoup d’obstacles sont autant de facteurs favorisants les blessures.

Ensuite, je vous invite à choisir un beau casque qui vous plait. Mieux vaut porter fièrement son casque que de rouler sans ! Ne penser que l’esthétique est secondaire.

Veillez à bien choisir votre taille de casque. Un casque trop grand ou petit n’aura une protection ni un confort identique à un casque qui vous va bien. Le mieux, c’est toujours d’aller essayer en vrai.

Après cela, il faudra que le casque soit bien ajusté. Au niveau du serrage, vous devriez pouvoir mettre trois doigts horizontalement sous votre menton. Cela permet d’être assez serré tout en permettant une liberté de mouvement.

Enfin dernier conseil lors de l’usage, dès que vous avez reçu un choc sur la tête, vous devez normalement le changer. Même si la coque extérieure parait intacte, l’intérieur peut s’être abimé. La protection n’est plus la même.

Mais à voir tant de gens ne pas porter de casque, est-ce qu’il faudrait une loi pour obliger le port du casque ?

Bientôt une loi pour l’obligation du casque ?

Depuis le début de l’année 2017, le casque est obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans. Alors, ne glissons-nous pas petit à petit vers une obligation pour les adultes ?

Prenons les ceintures de sécurité. Avant 1973, celles-ci n’étaient pas obligatoires. Mais vingt ans plus tard, son obligation était inscrite dans le Code de la route.

Mais est-ce nécessaire ? Je ne pense pas, mais à la fois je ne vois pas cela comme une mauvaise idée non plus. En tout cas, le plus important reste quand même d’expliquer aux gens pourquoi le casque est important et qu’en plus celui-ci peut être agréable à porter.

Si j’avais un conseil à vous donner : portez à chaque fois votre casque

Même si vous avez le droit de porter ou non un casque, je vous recommande de le faire pour les raisons de sécurité citées en long, en large et en travers dans cet article. Faites-le au moins pour montrer le bon exemple à vos enfants et à vos amis.

L’article est à présent terminé. Que vous ayez une question ou une remarque, écrivez dans les commentaires. Partagez cet article si cela vous a plu à l’aide des boutons en dessous. Vous pouvez aussi liker ma page Facebook Pour mon vélo afin d’être averti des nouveaux articles.

Continuez à vous entrainer en toute sécurité !

Ça n’arrive pas qu’aux autres

Note : après la publication de l’article, j’ai eu de nombreux retours de personnes qui ont malheureusement déjà vu la résistance d’un casque et la non résistance de leur tête.

Un accident grave est vite arrivé sans casque. Le casque est indispensable, à vous d'en juger par les expériences des autres. accident grave est vite arrivé sans casque. Le casque est indispensable, à vous d'en juger par les expériences des autresaccident grave est vite arrivé sans casque. Le casque est indispensable, à vous d'en juger par les expériences des autres.


Thomas
Thomas

Je m'appelle Thomas. Je commence en tant que débutant et je vais poster ici tout ce que j'apprends pour que l'on s'améliore ensemble.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas affichée