17 ERREURS QUE COMMETTENT TROP DE VÉTÉTISTES ET COMMENT Y REMÉDIER

Améliorez vous en évitant les erreurs les plus communes rencontrées dans le monde du VTT

Un casque réduit en moyenne de 85% les risques de dommages de la tête. De plus, le non-port du casque est le facteur responsable de 90% d’accidents ayant mené à la mort. Lorsque l’on sait cela, l’importance du casque prend tout son sens. Mais choisir un casque peut être compliqué avec le choix que nous offre aujourd’hui internet : avec visière, intégrale, amovible ou avec éclairage ou encore pour l’enduro. C’est pour cela que nous allons voir les différentes caractéristiques des casques de VTT en particulier. C’est un des domaines où les chutes sont les plus courantes et où le casque est du coup un des éléments les plus importants.

Un casque intégral pour VTT

Dans cet article, nous allons voir :

  • Les différentes caractéristiques à voir
  • Le casque VTT et le casque intégral
  • Comment choisir sa taille de casque 

Les caractéristiques d’un casque

Un casque est l’élément essentiel pour protéger la tête. Son utilité première est la protection. Mais le casque est quelque chose qui a pour but d’être porté en permanence sur le vélo, ce qui peut durer plusieurs heures. C’est pourquoi il faut aussi considérer d’autres points. En particulier, on vise aussi le confort. Avec cela, on retrouve de plus des efforts sur la ventilation et la légèreté.

Du coup, un casque vise à être un équilibre entre :

  • La protection des chocs : un casque doit vous protéger en cas de chute. Celles-ci sont souvent causées par un mauvais positionnement ou technique en descente. En Europe, il doit rester la certification EN 1078. N’achetez jamais un casque n’ayant aucune certification.
  • Le confort : il doit être agréable à porter et ne pas vous gêner de sorte de pouvoir le porter plusieurs heures. La présence de mousse est souvent signe d’un casque confortable. Il doit aussi être à la bonne taille pour ne pas gêner dans le cas où il serait trop petit ou trop grand. Mais le mieux reste toujours de l’essayer.
  • L’aération : il doit évacuer efficacement la sueur et rester à température ambiante afin de ne pas avoir chaud. Plus le casque possède des troues d’aérations, mieux le casque est ventilé. Plus il y en a, plus cela vaut cher. On ne parle que de quelques dizaines d’euros en plus pour quelque chose que vous allez porter des centaines d’heures.
  • La légèreté : il doit enfin être léger pour limiter la gêne et ne pas vous faire mal à cause de courbatures du cou. La plupart des casques sont légers et vous le trouvez souvent au même poids environ. Sachez que si vous voulez avoir un casque encore plus léger, vous risquez que dépenser réellement beaucoup pour seulement une dizaine de gramme en moins voire une centaine sur les casques intégraux.

Malheureusement, seuls les casques haut de gamme allient parfaitement toutes ses qualités. Il faudra faire des concessions sur les points les moins importants. Souvent, les casques de basses gamme sont moins confortables, peu aérés et assez lourds même si l’on ne parle que de 400 grammes pour un casque de VTT.

Les différentes pratiques et leur casque

On le sait bien, le VTT regroupe de nombreuses pratiques différentes. Ainsi, un vététiste de cross country n’utilisera pas le même casque qu’un pratiquant de downhill. La vitesse et le terrain les ont obligés à porter un casque intégral. Alors que le premier cherche plutôt quelque chose de léger pour ne pas le gêner. Ils ne vont généralement pas vite, faisant surtout de la monter.

On retrouve majoritairement deux types de casques : le casque de VTT et le casque intégral. Ils mettent de l’importance sur des points différents du fait de leur utilisation.

Le casque VTT

Un casque VTT à la coupe standard

C’est le casque standard que la majorité des personnes utilise. Il couvre autant le XC que le all-mountain voire à la limite de l’enduro peu engagé. Il protège le front, le haut et l’arrière de la tête. C’est une protection moins complète mais moins gênante aussi. Il est bien aéré et reste léger autour de 300g. Il possède aussi une visière généralement. Cela permet de se protéger des projections de terre notamment des vélos devant vous.

La fourchette de prix de ces casques est d’une trentaine d’euros pour de l’entrée de gamme jusqu’à environ 150 euros pour du haut de gamme. Mais vous pouvez de bons casques entre 50 et 80 euros. Ils sont adaptés pour la majorité et sont largement suffisants. Les différences avec les casques haut de gamme sont vraiment minimes.

Le casque intégral

Un homme portant un casque intégral

Ce casque ressemble aux casques de moto ou scooter. Mais il a été adapté pour le vélo et les efforts physiques. Il est du coup plus léger entre 700 pour des casques plutôt enduro et 1200g pour de la descente engagée. Mais cela reste plus lourd qu’un casque standard. De plus, il est plus ventilé pour éviter d’avoir trop chaud et limiter la transpiration. Cependant, il reste moins aéré que le casque de VTT. Ce qui peut particulièrement gêner en montée. Heureusement, il existe toujours des moyens de monter sans se fatiguer complètement.

Contrairement à celui-ci, c’est une protection complète de la tête. En plus, il protège la mâchoire et l’avant de la tête. Cette protection supérieure est indispensable pour les grosses descentes afin de limiter les risques de blessures. Les différents inconvénients par rapport aux casques standards ne valent rien contrairement à votre sécurité.

Des sécurités en plus

En plus de la certification EN 1078, certaines marques proposent d’autres niveaux de protection.

Concernant les certifications, on retrouve le ASTM F-1952 qui est un standard international pour les casques de compétitions de DH. C’est un signe de protection accrue même si cela n’est pas nécessaire.

Sinon, il y a aussi une technologie afin de mieux absorber les chocs. C’est le MIPS (Multi-Directional Impact Protection System), le système de protection des impacts multidirectionnels. En fait, il absorbe les mouvements de rotations lorsque l’on roule par terre par exemple. Voici une vidéo qui devrait bien expliquer son intérêt et son fonctionnement.

Une image pour montrer le fonctionnement des casques MIPS

Vous pouvez aussi trouver d’autres protections que les marques créent elles même. Ce que je viens de vous présenter ne sont que deux choses connues et assez répandues.

Choisir sa taille de casque

Afin de prendre une taille de casque adaptée à vous, vous allez mesurer votre tour de tête. Grâce à cette mesure, vous pourrez choisir votre taille. Regardez bien les mesures à avoir pour une taille donnée. Une marque peut tailler plus grand ou plus petit que d’autres. Veillez à bien voir le guide des tailles surtout lors d’achat sur internet.

Comment mesurer son tour de tête

 

Du coup, pour mesurer votre tour de tête, prenez un mètre ruban avec lequel vous allez faire le tour de votre tête. Il doit passer à environ 2,5 cm de vos sourcils et juste au-dessus de vos oreilles. En vous aidant d’un miroir ou d’un ami, vous obtiendrez votre mesure. Maintenant, comparez la au guide des tailles pour sélectionner celle qui convient.

Si le casque est trop petit, il ne vous protégera pas assez et pourra vous gêner voire vous faire mal. Trop grand et il bougera sur votre tête. Ce qui risque de vous blesser en cas de chute.

Régler les sangles de serrage

Une fois que vous avez votre casque avec la bonne taille, c’est le moment de faire les derniers ajustements pour qu’il vous aille parfaitement.

Les sangles sur les côtés doivent se trouver justes sous l’oreille sans qu’elle la touche. Cela pourrait irriter votre peau et vous déranger.

Un casque vu de côté avec la sangle sous l'oreille

La sangle qui se trouve sous votre menton doit être serrée de façon à pouvoir mettre 3 doigts entre la sangle et votre menton. Cela vous permettra une liberté de mouvement pour pouvoir parler sans que le casque ne soit inconfortable.

Enfin, et c’est le plus important, il faut régler la taille de tour de tête. Cela se fait généralement avec une molette qui se trouve à l’arrière de la tête. Serrer la jusqu’à ce que le casque ne bouge pas même en secouant la tête.

Casque où l'on voit la molette à l'arrière pour régler le tour de tête

Souvenez vous que le casque ne doit pas vous déranger. Cela ne sert à rien de trop serrer à part vous faire mal. Par contre, dans le cas inverse, le casque bougera trop et vous protégera moins. Trouvez le juste milieu pour que le casque ne bouge pas tout en restant agréable à porter.

Ce qu’il faut voir avant d’acheter

Avant de conclure, j’aimerais rappeler ce que vous pouvez trouver sur un casque qui fera que vous l’adorerez. Ce sont les détails qui feront la différence.

Le plus important est l’esthétique. Choisissez une couleur et un style que vous aimez. En reprenant une phrase de Probikeshop, mieux vaut porter fièrement votre casque que de rouler sans.

Le nombre de troues aura un impact sur l’aération et le confort. Certains casques plus solides auront peu de ventilation.

Vous pouvez trouver un casque avec des parties réfléchissantes ce qui est important si vous roulez sur la route tôt le matin ou dans la nuit.

La présence de mousse interne détachable vous permettra de les laver. C’est bien pour éviter que des odeurs fortes s’installent après de longues sorties au soleil.

Il existe aussi des attaches différentes. D’un côté, on a les boucles rapides ou magnétiques facilement utilisables à une main et pour les enfants. Une boucle « Double D » est plus robuste mais nécessite d’utiliser ses deux mains pour l’enlever.

 

 

Grâce à tout cela, vous devriez pouvoir choisir un casque qui vous ira parfaitement. En prenant un bon casque, vous faites le choix de la sécurité. Gardez en tête que c’est souvent en commençant une nouvelle pratique que l’on a le plus de chance de se blesser. Ce qui est plus que vrai en VTT.

J’espère que cet article vous aura plu. Si c’est le cas, pour aider vos amis, vous pouvez partager. Pour apprendre de la sortie de mes nouveaux articles, vous pouvez aimer ma page Facebook. N’hésitez pas voir les liens que je vous ai mis dans l’article pour en apprendre plus sur le sujet.

Pour aller plus loin, je vous propose un programme avancé sous forme d’ebook. Il vous permettra d’acquérir toutes les bases de la descente en peu de temps. Vous irez plus vite en restant en sécurité et en prenant un maximum de plaisir.


Thomas
Thomas

Je m'appelle Thomas. Je commence en tant que débutant et je vais poster ici tout ce que j'apprends pour que l'on s'améliore ensemble.

    2 replies to "Choisir son casque de VTT"

    • Oxentiel

      Bonjour Thomas,
      Bel article mais j’ai un doute quant à ce que tu avances pour le réglage de la jugulaire. 3 doigts ? Avec autant de marge, elle ne retiens pas assez le casque sur la tête. C’est plutôt maximum 2 doigts et idéalement elle doit venir juste en contact avec la peau, sans empêcher d’ouvrir la bouche en grand.

    • Thomas

      Salut ! En réalité, il faut que les 3 doigts touchent en même temps le bas du menton. Tu me dis ce que tu en penses mais normalement c’est bien de faire ça. Je m’occupe de mon côté de bien changer pour éviter les incompréhensions. Merci pour la remarque.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas affichée