17 ERREURS QUE COMMETTENT TROP DE VÉTÉTISTES ET COMMENT Y REMÉDIER

Améliorez vous en évitant les erreurs les plus communes rencontrées dans le monde du VTT

La pratique du VTT est un plaisir pour tous les pratiquants. Mais bien souvent, les débutants ressentent du mal au niveau de la technique ce qui les empêche de pleinement profiter. Sans aide, c’est à la fois long et compliqué de comprendre ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas.

C’est d’ailleurs pour cela que ce site existe. Il m’aide à m’informer et à savoir ce qu’il faut faire. Avec les connaissances que j’ai apprises, je vous propose de découvrir sept points pour vous améliorer. Ils constitueront une base très solide sur laquelle vous allez rajouter votre propre expérience.

Votre technique en VTT va considérablement augmenter à condition que vous appliquiez ensuite chaque point. Un conseil, avant chaque sortie, décidez d’un point à appliquer. Votre but va être d’appliquer en permanence la chose pour qu’elle devienne une habitude. Vous pourrez après revenir me dire sur cette page si cela a marché pour vous 😉.

Peu importe votre pratique, que vous soyez plutôt gros raid ou grosse descente, ces points vont autant vous aider.

Nous allons du coup directement commencer par l’importance du regard et de la prévoyance.

Regard au loin pour prévoir

Le VTT, durant la descente notamment, requiert des mouvements précis. Ainsi, de simples petits mouvements peuvent vous faire sortir de votre trajectoire surtout si vous allez vite.

Dans cet ensemble de mouvements que votre corps va faire, l’endroit où vous regardez va beaucoup jouer. Si vous attachez votre regard sur le trou que vous voulez éviter, il y a beaucoup de chance que vous finissiez dedans. Le seul fait de regarder à un endroit va faire que tout votre corps va suivre.

Essayez par vous-même, tournez vos yeux complètement à gauche maintenant.

Il y a beaucoup de chances que votre tête ait fait un mouvement même petit.

Sauf que sur votre vélo, ce n’est pas seulement votre tête qui bouge, mais aussi vos épaules. Aussi insignifiant soit ce mouvement, votre trajectoire va quand même changer.

Du coup, il vous faut utiliser ces mouvements inconscients en votre faveur. Regardez là où vous voulez aller. C’est aussi simple que cela.

De plus, ce n’est pas la peine de regarder votre roue avant. Levez votre regard de plusieurs mètres devant vous.

Cela va vous apporter deux choses. Comme nous venons de le dire, vous allez vous diriger vers cet endroit. En plus, vous serez en mesure d’avoir un temps d’avance, juste le temps d’esquiver une branche par terre ou une racine.

Mais vous pouvez avoir toute la volonté du monde dans votre regard, si vous ne maîtrisez pas votre freinage, vous risquez de finir dans le décor avec des petits bobos pour cadeau.

Savoir freiner

Pour pouvoir bien descendre, il faut savoir freiner correctement.

Savoir freiner, mais il nous prend pour qui lui ? 

Lorsqu’on descend, le frein est à la fois votre meilleur et pire ami.

Pas assez de freinage et vous allez trop vite, de quoi vous faire peur voire tomber par perte de contrôle.

Mais trop de freinage est aussi mauvais. Essayez de tenir votre frein sur des pierres mouillées et on pourra en reparler. La vitesse vous aide souvent à passer les obstacles.

Vous devez donc apprendre véritablement à freiner. C’est plus compliqué que juste appuyer sur un des leviers de frein pour ralentir.

Pour comprendre parfaitement et savoir tout ce qu’il faut faire, je vous renvoie à mon article sur la technique de freinage en VTT.

Mais voici tout de même les choses importantes à connaître.

Rouler tout le temps avec un doigt sur les leviers de frein. Cela vous permet de freiner en cas d’urgence avant, pourquoi pas, un trou que vous avez vu parce que vous regardez plusieurs mètres devant vous. En plus, avoir plusieurs doigts est inutile grâce aux freins hydrauliques à disque très efficaces.

Ensuite il faut savoir que c’est votre frein avant le frein le plus efficace. C’est lui qui vous permet de réellement ralentir. Mais à trop forte dose, c’est la roue avant qui se bloque avec la chute assurée. Cette chute où vous passez souvent par dessus le guidon, qu’on appelle d’ailleurs un soleil ou OTB (over the bar), est rarement quelque chose d’agréable. Vous devez donc connaître les limites du frein en essayant. Dans une légère pente, freinez le plus possible de l’avant sans que roue se bloque.

Enfin, il y a des moments où vous devez au maximum éviter de freiner. Mais pour savoir quand, je vous laisse chercher dans l’article donné au-dessus. C’est compliqué de résumer en 200 mots ce que j’explique en 2000.

À côté de cela, vous allez aussi avoir besoin d’un bon équilibre.

Avoir de l’équilibre

L’équilibre est ce qui vous permet d’être sur votre vélo sans tomber. En temps normal, c’est l’équilibre dynamique qui vous fait tenir par la vitesse et donc l’inertie de votre vélo.

Mais à faible vitesse, c’est votre équilibre statique qui va être mis à mal. Vous me direz que le VTT, c’est fait pour aller vite. Je suis d’accord pour la descente, mais en montée ce n’est pas la même chose.

À moins que vous ayez les jambes de Froome, il y a beaucoup de chance que vous montiez tranquillement. C’est dans ces moments où vous roulez lentement qu’un bon équilibre va être appréciable.

Cela va vous permettre de ne plus avoir à poser le pied par terre. Vous allez pouvoir rouler à faible vitesse, chose que beaucoup de monde ne sait pas faire.

Donc même en roulant à votre vitesse sans forcer, vous allez plus vite que vos amis qui vont partir fort parce qu’ils ne savent pas rouler lentement. Ils vont finir à s’épuiser, être lent et finalement s’arrêter. Pendant ce temps, vous allez monter en les regardant tirer leur vélo.

En plus, ce sera bien pour les endroits techniques à la fois en montée et descente comme les épingles.

Pour finir de vous convaincre, vous allez enfin apprendre à vous positionner parfaitement sur votre vélo.

Afin d’améliorer votre équilibre, l’exercice de base reste le surplace. Entrainez-vous à être immobile avec votre VTT. Pour apprendre à faire cela, je vous invite à lire mon article sur l’équilibre et le surplace.

Mais après tout, le VTT serait bien triste si la descente était droite. Les virages, c’est drôle surtout quand on sait les faire.

Savoir effectuer les virages

Le virage est un endroit très amusant dont la mesure où on sait les faire

Lorsque j’ai commencé le VTT, j’ai fait ma première chute dans un virage. Manque de maîtrise avec un peu trop de confiance sur la vitesse m’ont fait finir la bouche la première dans la terre. J’avais de la terre partout sur le menton et dans la bouche. Heureusement, je ne m’étais pas blessé, trente secondes après j’était déjà reparti.

Avec cette petite histoire, je veux vous montrer que les virages ne sont pas si simples. En fait, la difficulté augmente considérablement lorsqu’on augmente la vitesse. C’est ce qui m’est arrivé.

Il y a plusieurs étapes à respecter pour réussir tout le temps les virages. Pour cela, allez voir l’article dédié sur la technique des virages en VTT. Je vous propose alors 8 étapes pour vous permettre de faire vos virages avec de la vitesse.

S’il devait y avoir une seule chose à retenir concernant les virages, c’est votre position. Plus précisément, vous devez être incliné côté extérieur du virage. Si vous tournez à gauche, votre buste sera penché vers la droite pour rester assez droit.

Cela permet de maximiser votre adhérence et d’éviter de glisser. Pour connaître les autres points, vous savez où vous devez aller voir.

Maintenant, nous allons passer à la maîtrise du changement de vitesse.

Savoir changer ses vitesses

Encore une fois, vous avez le droit de penser que cela est quelque chose que vous savez déjà faire. Alors, allez lire mon article pour bien utiliser ses vitesses.

Si vous appliquez tous les conseils, c’est une bonne chose. Sinon, ce n’est pas grave, le meilleur moment pour changer c’est maintenant.

Le maître mot est encore d’avoir un temps d’avance. Préférez changer vos vitesses avant une montée ou une descente plutôt que pendant.

Ensuite, vous devez être capable de savoir si votre braquet, votre rapport plateau-pignon, est optimal pour votre pédalage. En effet, en montée, je vous conseille de rouler à une cadence de 75 tours par minute.

Enfin, le plus important, vous devez savoir comment éviter les croisements de chaîne si vous avez deux ou trois plateaux.

Pour finir, le mot dérailler devra sortir de votre vocabulaire. Savoir changer ses vitesses, c’est savoir ne pas dérailler aussi.

Bien sûr, pour améliorer votre technique, vous allez aussi devoir entrainer votre capacité à franchir les obstacles.

Franchissement

Dans les pistes avancées, on retrouve beaucoup de marches et d'obstacles qui requiert une certaine technique pour les franchir.

Que serait le VTT sans les racines, les marches voire les sauts ? Un sport bien triste à mon avis.

Pour réussir à passer au niveau supérieur, il va falloir que vous vous entrainiez à passer avec de l’aisance les obstacles.

Pour cela, on va utiliser la majorité du temps la technique du bunny hop. C’est le fait de savoir sauter avec son vélo. Ici, je fais surtout référence au bunny hop où les roues se lèvent en deux temps.

Je vous laisse cette vidéo pour comprendre comment faire un bunny hop. Vous avez même d’autres exercices proposés comme le surplace.

Mon conseil pour apprendre à réaliser un saut c’est de se filmer ou de demander à un ami de vous aider. Vous pourrez alors savoir quand vous levez votre roue arrière. Vous connaîtrez aussi vos points faibles plus rapidement et saurez plus vite comment y pallier.

Les marches aussi sont des obstacles à savoir passer. Pour que vous sachiez comment faire, je vous propose une autre vidéo toujours par Rémy Absalon.

Ensuite, à vous de vous entrainer pour comprendre comment franchir les obstacles avec de la vitesse.

Malgré tout cela, il reste une chose pour s’améliorer à toute vitesse : vous amuser.

Amusez-vous !

Si vous n’arrivez pas à trouver du plaisir dans la pratique du VTT, vous ne pourrez jamais devenir meilleur.

Alors, sachez relâcher la pression, ayez confiance en vous et mettez votre peur de côté. Tout de même, ne faites pas non plus des choses insensées.

Sortez avec vos amis le dimanche et sachez rigoler même quand c’est vous qui glissez.

Je n’ai pas particulièrement d’autres conseils que de vous dire de profiter et de prendre du plaisir. Alors, continuez et vous verrez que le vélo est la meilleure solution antistress.

 

J’espère que vous aurez apprécié ces sept points. Souvenez-vous de toujours appliquer ce que vous apprenez. Vous verrez bientôt vos amis vous demander comment vous avez si vite progressé. Vous pourrez alors leur dire grâce à qui 😉.

N’hésitez pas à partager l’article si vous pensez qu’il devrait être lu par plus de monde. Vous avez les boutons faits pour cela juste en dessous. Laissez-moi aussi un message dans les commentaires pour me dire si vous avez aimé ou pas. Vous pourrez aussi partager vos propres conseils. Le VTT c’est aussi une famille qui s’entraide.

Dans tous les cas, continuez à vous informer et à rouler !


Thomas
Thomas

Je m'appelle Thomas. Je commence en tant que débutant et je vais poster ici tout ce que j'apprends pour que l'on s'améliore ensemble.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas affichée