17 ERREURS QUE COMMETTENT TROP DE VÉTÉTISTES ET COMMENT Y REMÉDIER

Améliorez vous en évitant les erreurs les plus communes rencontrées dans le monde du VTT

On le sait tous, le virage est l’un des points les plus compliqués en VTT. Dans ce classement des choses compliquées, on retrouve en première place les sauts. Cependant, dès que l’on rajoute de la vitesse, les tournants deviennent eux aussi une cause importante de chute.

Mais, c’est aussi grâce aux tournants que le VTT est fun. À quoi cela servirait de monter pendant 30min si c’est juste pour descendre une ligne droite en 30 sec ? Avec les tournants, la pratique du VTT devient bien plus dynamique. Plus on veut aller vite, plus il va falloir de technique. Et c’est ça qui pimente nos sorties.

Même s’il existe plusieurs types de virages, la manière de les passer reste à peu près la même. C’est ce que nous allons voir dans cet article. Du coup, il y a des points clés pour apprendre à prendre les virages correctement. Heureusement, ces points s’acquièrent facilement à condition de s’entraîner sur le terrain. N’oubliez pas que la connaissance n’est rien sans la pratique.

Dans cet article, vous allez apprendre :

  • la cause de la difficulté des virages
  • les différents types de virages
  • les 8 étapes pour réussir les virages 

Pourquoi les virages sont-ils compliqués ?

Mais avant de chercher des solutions au problème qu’est le virage, il faut déjà comprendre pourquoi les virages sont source de chutes.

Lorsque l’on tourne, on se penche. Seulement, le pneu aussi se met sur le côté. Du coup, à cause de la forme du pneu, la surface de contact avec le sol va diminuer. Ainsi, vous perdez de l’adhérence.

Voilà la cause des problèmes des virages : l’adhérence. Comme cette dernière est réduite, le risque de déraper ou de glisser augmente. De plus, plus le tournant sera fort et plus vous irez vite, moins vous aurez d’adhérence. En effet, lorsque le virage est plus fort ou que votre vitesse est plus élevée, vous êtes obligés de vous pencher davantage, ce qui signifie une diminution de votre grip.

De plus, ce problème va être amplifié par le changement de position du centre de gravité. En vous penchant, celui-ci se décale du centre du vélo. Il appuie moins sur les roues. Cela diminue encore l’adhérence. Pour vous en rendre compte, prenez votre vélo sans monter dessus et freinez. Votre roue va se bloquer facilement. Refaite la même chose en vous asseyant sur la selle, vous pouvez freiner bien plus avant que la roue se bloque à nouveau.

Ainsi, le problème lors des virages est l’adhérence. Ce problème se retrouve peu importe le type de tournant. Mais il est important de savoir quels sont les différents virages. C’est ce que nous allons voir dans la prochaine partie.

Les différents types de virages

Plusieurs sortes de virages existent. Les manières de les prendre sont d’ailleurs légèrement différentes même si la base reste la même. Du coup, voici les 4 différentes natures de tournants :

  • le virage relevé 
  • le virage à plat
  • le virage dévers
  • le virage en épingle

Les 3 premiers sont liés à la pente du sol.

On a le virage à plat qui se fait tout simplement sur un sol plat.

Le virage relevé s’appelle ainsi lorsqu’on tourne et que le sol se relève dans le tournant.

Le virage dévers est l’inverse du virage relevé. Dans le virage dévers, la pente est de l’autre côté. C’est pourquoi elle est plus difficile, la pente est du mauvais côté.

Un virage dévers en VTT est un virage avec la pente dans le mauvais, le sens inverse du virage relevé.

Le virage en épingle, quant à lui, est un virage où l’on tourne fortement. C’est un virage serré.

Les conseils qui vont suivre sont valables particulièrement pour le virage relevé, le virage à plat et le virage dévers. Le virage en épingle aura une technique différente, on utilisera d’ailleurs le frein contrairement aux autres tournants.

Cependant, les 3 premiers virages ne se font pas exactement de la même façon. En effet, la difficulté n’est pas la même. Le virage relevé est le plus facile. L’adhérence est maximale. C’est le virage idéal lorsqu’on a de la vitesse. Il y a ensuite le virage à plat. Simple lorsque l’on va lentement, il devient bien plus compliqué avec des vitesses plus élevées. Enfin, on a le virage en dévers, le plus compliqué à cause de la pente qui n’est pas à notre avantage. C’est celui où vous risquez le plus de glisser si vous ne suivez pas les prochains conseils.

D’ailleurs, vous devez les appliquer, peu importe votre pratique du VTT.

Cross-country, all mountain, enduro ou DH, tous doivent maîtriser les virages

En effet, ce sont toutes les pratiques du VTT qui sont affectées par les virages. Que vous soyez un pratiquant de cross country, de all-mountain, d’enduro ou encore de down hill, vous allez devoir apprendre à effectuer les tournants. C’est aussi important en cross country que pour les amateurs de grosses descentes. C’est souvent grâce la maîtrise des descentes qu’un pratiquant de XC va gagner des secondes par rapport à ses concurrents.

La plupart du temps, leur niveau physique est assez similaire pour la montée. C’est ensuite dans la descente que l’on voit les vttistes les plus polyvalents autant bons en montée qu’en descente.

Pour ceux qui s’intéressent aux compétitions d’enduro ou de DH, vous devez être capable de prendre avec la vitesse la plus importante les virages pour pouvoir gagner. C’est encore une fois là que l’on voit ceux qui ont la meilleure technique.

Enfin, pour toutes les personnes qui veulent juste avoir un maximum de fun, les virages sont là pour vous faire plaisir. Comme dit au début, juste aller tout droit rapidement n’a rien de bien drôle. C’est lorsque l’on doit tourner, que l’on doit freiner puis qu’on accélère qui donne au VTT une dimension dynamique. Plus vous irez vite, meilleures seront les sensations.

Du coup, je vous invite à commencer à voir ces conseils qui vont vous permettre de tout déchirer sur les pistes.

1- Pencher le vélo

Tout simplement, vous allez pencher votre VTT dans les virages. Et ouais, vous ne pouvez pas tourner le guidon si vous avez de la vitesse. Bien sûr si vous allez lentement, ne vous penchez pas ou alors très peu. D’ailleurs si vous ne cherchez pas à aller vite, les autres conseils vont vous être totalement inutiles.

Du coup, vous penchez votre vélo du côté où vous voulez aller. Vous tournez à droite ? Inclinez le vélo à droite. Vous allez à gauche ? Inclinez le vélo à gauche. C’est aussi simple que cela. Si vous roulez à des vitesses moyennes, vous pouvez aussi légèrement tourner le guidon.

D’ailleurs, plus vous irez vite, plus vous allez pencher le vélo.

En faisant cela, vous allez perdre de l’adhérence. C’est grâce à la prochaine étape que vous allez retrouver de l’accroche.

2- Avoir le pied extérieur vers le bas

Le problème de la plupart des gens, c’est qu’ils gardent leur pied horizontalement. C’est une chose vraiment bien dans la descente pour amortir les chocs, mais moins bien dans les virages.

Du coup, ce qu’il faut faire, c’est allonger votre jambe extérieure de façon à mettre votre poids sur la pédale. Par exemple, si vous tournez à gauche, vous allez incliner votre vélo à gauche et allonger votre jambe droite. C’est la jambe droite qui est à l’extérieur du tournant contrairement à la jambe gauche qui est à l’intérieur du virage.

En faisant ça, vous mettez du coup plus de poids sur la pédale. Cela va permettre de ramener le centre de gravité vers le vélo. En plus, en poussant sur la pédale, vous allez déformer le pneu qui va mieux adhérer au sol.

Cependant, certaines personnes vous diront de garder quand même vos pieds à l’horizontale. Elles n’ont pas forcément tort, tout dépend du terrain après tout. Aucun virage ne se ressemble parfaitement. Il y a deux raisons pour lesquelles on garde les pieds à l’horizontale.

On le fait lorsqu’on a déjà assez d’adhérence. Cela peut être fait dans les tournants relevés lorsque le sol est bien sec et compact. Ce n’est pas la peine d’avoir le pied extérieur baissé quoique ce n’est pas non plus une mauvaise idée de le faire. En fait, lorsqu’on a les pieds à l’horizontale, il est plus facile de relancer le pédalage. Est-ce qu’on a besoin d’accélérer après un tournant ? Celui qui fait de la compétition vous dira que oui. Celui qui maîtrise et qui veut aller à fond vous dira que oui. Après c’est à vous de voir ce que vous recherchez.

Autre raison possible, les jambes absorbent bien les chocs lorsqu’ils sont fléchis. Du coup, un virage peut parfois avoir beaucoup de cailloux ou racines sur le sol. Dans ce cas, vous allez être plus équilibrés et ce sera plus confortable en ayant les jambes dans une position intermédiaire.

Nous allons maintenant passer au point le plus important pour augmenter son adhérence.

3- Se pencher vers l’extérieur

Alors que votre vélo est incliné dans la direction où vous voulez aller, vous devez vous incliner de l’autre côté. En fait, vous allez vous pencher à l’extérieur du virage. Ainsi, vous ramenez votre corps et donc votre poids au-dessus du vélo. C’est pourquoi cette action est la plus importante.

Vous augmentez grandement votre grip. Vous n’aurez plus cette limite d’adhérence que vous pouvez atteindre si vous allez trop vite et que vous ne vous penchez pas. Ce moyen couplé au précédent permet vraiment de ne plus glisser.

Du coup, vous allez tout simplement pencher davantage votre vélo que votre corps. Vos fesses ne seront plus au-dessus de la selle, mais sur le côté extérieur du tournant. Vous devez donc baisser votre selle pour que cela se fasse facilement. En cross-country, vous allez quand même vous pencher, mais vous irez juste moins loin.

Pour bien réussir à vous pencher, entraînez-vous sur une route goudronnée à aller le plus loin sur le côté du vélo. Veuillez à bien voir comment passer votre jambe par-dessus le cadre tout en gardant bien positionnés vos pieds.

En appliquant cette technique, vous allez voir que vous serez vraiment à l’aise dans les virages.

Cependant, ce n’est pas tout, vous devez aussi être bien positionné pour prendre la ligne que vous aurez choisie.

4- Avoir son regard sur la fin du virage

Maintenant que vous avez du grip, il faut que vous réussissiez à rouler exactement là où vous voulez. Il est important que vous choisissiez une ligne et que vous la suiviez sans finir dans le décor entre temps.

Il faut savoir que votre regard à un effet puissant sur votre corps. Et ouais ! Vos épaules suivent naturellement là où vous posez votre regard. Du coup, tout ce que vous avez à faire, c’est regarder dans la direction où vous voulez vous diriger. Et dans le cadre d’un virage, vous voulez aller vers la sortie. Par contre, si vous fixez un obstacle que vous voulez éviter, vous risquez grandement de finir dedans.

De plus, cela va vous permettre d’anticiper certains obstacles éventuels. Au lieu de regarder votre roue avant, relevez vos yeux pour voir ce qui arrive.

Mais, le regard ne suffit à bien placer son corps. Il faut aussi que vous preniez les bonnes habitudes pour vous positionner sur le vélo.

5- Avoir son corps en direction de la sortie

Du coup, non seulement votre regard, mais aussi votre corps vont vous permettre d’arriver à la fin du virage.

Votre corps est alors tourné vers la sortie. Vos épaules sont décalées dans cette direction.

C’est la même chose avec vos genoux. Vous allez aussi les déplacer vers l’intérieur du virage. En plus, vous pouvez aussi pousser votre cadre avec votre genou intérieur. Cela permet d’ajouter un point d’appui pour mieux contrôler le vélo. Vous allez aussi être un peu plus stable. Ne vous blessez pas non plus, évitez quand même d’avoir des bleus quoique des genouillères devraient vous éviter cela.

En faisant cela, vous arriverez sans effort vers l’endroit où vous désirez vous rendre.

Lorsque vous sentez que vous allez glisser, vous pouvez enlever votre pied du côté de l’intérieur du virage pour le mettre au-dessus du sol. Si votre roue dérape, votre pied va venir vous rattraper. Cela permet de se sauver dans certaines situations. Cependant, le mieux est d’apprendre à passer les virages sans cette technique.

Mais une dernière chose peut encore gâcher votre adhérence, c’est ce que nous allons voir dans le prochain point.

6- Être cool sur le frein

Gérer son frein est primordial dans la pratique du VTT. Le freinage est votre ami lorsqu’on sait l’utiliser, mais il peut être aussi votre pire ennemi si l’on ne le maîtrise pas. Si vous voulez savoir la technique, je vous conseille fortement d’aller voir comment freiner efficacement en descente.

Règle d’or : ne pas freiner dans le virage. Si vous voulez freiner, vous devez le faire avant de rentrer dans le tournant. Si vous le faites dans le virage, vous allez perdre de l’adhérence. En freinant trop, vous dérapez tout simplement.

Éventuellement, il va y avoir des situations où vous allez freiner. Si vous voulez quand même le faire, freinez plutôt du frein arrière. Déraper de l’avant est quelque chose de vraiment mauvais.

Le mieux reste tout de même de lâcher les freins et de se laisser porter par votre vitesse dans le virage. D’ailleurs, en allant plus vite, vous passerez moins de temps sur les roches mouillées et vous passerez avec moins de problèmes les autres obstacles.

La solution pour vous aider se trouve aussi dans votre matériel comme nous allons le voir le 7ème et prochain point.

7- Régler ses pneus

Le pneu est la surface de contact avec le sol. C’est pourquoi il faut bien le choisir en fonction du sol et de votre pratique. Si le sol est boueux, vous devez partir sur des pneus faits pour ce genre de terrain. Si le sol est plus praticable, prenez des pneus qui vont maximiser votre vitesse. Vous pouvez retrouver mon guide pour le choix des pneus si vous ne savez pas comment choisir vos pneus en fonction du terrain et de votre pratique.

Si vous voulez être sûr de ne pas glisser, prenez les pneus qui offrent le plus de grip.

En plus, vous pouvez aussi diminuer la pression de vos pneus. En faisant cela, vous allez augmenter votre adhérence. Attention à respecter quand même le minimum indiqué par le pneu. En général, vous pouvez difficilement aller en dessous de 2 bars si vous n’êtes pas en tubeless. Si vous ne savez pas ce qu’est le tubeless, allez voir l’article indiqué juste au dessus.

On va maintenant voir la dernière astuce pour prendre au mieux les virages.

8- Une technique bonus pour les terrains avec très peu d’adhérence

Dans un virage, il faut équilibrer votre centre de gravité pour qu’il influe de manière égale entre les deux roues. C’est pour cela que vous devez éviter de vous reculer de la selle dans le tournant. Vous devez au moins être au niveau de la selle.

En plus, vous pouvez aussi rapprocher votre buste vers le guidon. Cela va ramener un peu de votre poids vers la roue avant. Du coup, vous avez juste à plier vos bras.

Cette technique est intéressante sur les terrains qui accrochent moins bien. Vous vous assurez alors que la roue avant accroche toujours.

Si en appliquant tout cela, vous ressentez des crampes, allez voir cet article pour vous en débarrasser pour toujours.

En résumé

La personne sur la photo possède la bonne position pour ne jamais rater les virages

Réussir ses virages se résume comme cela :

  • Penchez le vélo
  • Appuyez du pied extérieur
  • Inclinez votre corps vers l’extérieur
  • Portez votre regard vers la sortie
  • Dirigez votre corps en direction de la fin du virage
  • Ne freinez pas dans les tournants
  • Réglez et choisissez bien vos pneus
  • Avancez-vous en cas de besoin

Vous pouvez voir que la personne sur la photo applique chaque point.

Voilà, cet article est terminé. Vous avez maintenant en main les clés pour vous surpasser dans les virages. Prenez le temps de vous entraîner et de bien mettre en place ces différentes étapes. Revenez de temps en temps sur cette page pour vous rappeler les bonnes habitudes.

Vous pouvez retrouver certaines de ces informations dans cette vidéo bien faite, mais malheureusement en anglais. Cette vidéo en français va vous permettre de bien voir en pratique les conseils donnés.

J’espère que vous avez apprécié l’article. Si c’est le cas, je vous encourage à le partager sur les réseaux sociaux pour en faire profiter vos amis. Vous pouvez le faire grâce aux boutons en bas. Si vous voulez voir mes prochains d’articles, mettez un like sur ma page facebook Pour mon vélo pour vous abonner à mes posts. N’hésitez pas à me poser vos questions ou me donner votre point de vue en bas dans les commentaires.

Sur ce, continuez à vous entraîner et à vous amuser. À plus sur Pour mon vélo ;).


Thomas
Thomas

Je m'appelle Thomas. Je commence en tant que débutant et je vais poster ici tout ce que j'apprends pour que l'on s'améliore ensemble.

    1 Response to "8 étapes pour réussir les virages en VTT lorsqu’on veut aller vite"

    • Groupe Vaillance Conseil

      Hello, merci pour ces infos tres interessantes. Bcp de bonnes choses dans ce site 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas affichée